La vitamine D3 nécessaire en période hivernale

Pourquoi se supplémenter en vitamine D3 en période hivernale ?

Dans l’Hémisphère Nord, l’ensoleillement devient insuffisant en hiver et ne procure pas suffisamment de rayons UVB pour permettre à votre peau de fabriquer de la vitamine D (sans compter la pollution, les gaz toxiques, poussières et fumées rejetées dans l’air).

C’est pourquoi, je vous recommande de vous supplémenter en vitamine D3 entre octobre et mars, d’autant plus si vous avez une vie relativement sédentaire, que vous travaillez dans un bureau et que vous vous exposez peu à la lumière du jour.

Sans compter celles et ceux, qui, dès le mois de septembre sont déjà carencés en vitamine D !

Comme une grande majorité, si vous avez passé tout l’été à vous badigeonner de crème solaire, vous serez davantage carencé puisque la crème coupe les UVB, or ce sont eux qui vous permettent de produire de la vitamine D, notamment sous forme de stock pour anticiper la période hivernale.

Pourquoi la vitamine D3 (cholécalciférol) ?

D’origine naturelle, elle vous est plus adaptée que la vitamine D synthéthique et est mieux assimilée par votre organisme.

Quels sont ses bienfaits 

Qu’elle soit prise en apport suffisant et direct avec le soleil ou en complémentation, elle contribue au bon fonctionnement de votre système immunitaire et au maintien d’une bonne ossature (en favorisant l’absorption digestive du calcium et la fixation du calcium sur l’os).

Comment la prendre et quel est le bon dosage ?

Il vaut mieux privilégier la vitamine D3 en petit flacon compte-gouttes : vous en avez en accès libre dans les boutiques bio ou bien en commandant directement sur quelques sites internet.

Attention aux ampoules qui ne sont pas en accès libre car souvent trop dosées, elles peuvent être toxiques.

S’agissant du dosage, chaque personne étant différente, il serait préférable de faire évaluer chaque année à la même période votre taux par prise de sang pour constater vos éventuelles insuffisances voir carences en vitamine D.

D’après la médecine conventionnelle, en-dessous de 30ng/ml (nanogrammes par millilitres), vous êtes en insuffisance, et en dessous de 10ng/ml, vous êtes en carence.

Au minimum 400UI/jour, vous pouvez vous supplémenter en hiver en allant jusqu’à 1000UI/jour. Et dans les situations exceptionnelles les plus carencées, jusqu’à 4000UI/jour pendant un mois maximum pour revenir à 1000UI/jour ensuite.

Dans tous les cas, préférez la régularité de prise à doses raisonnables que de trop forts dosages sur une longue période.

Jessica MARTINEZ, Naturopathe, formée à ISUPNAT

acteurdevotresante@gmail.com

acteurdevotresante.fr

Partager cet article ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Consultez les prochaines dates de nos evènements

Allez plus, découvrez nos articles relatifs