Au printemps, c’est le moment de détoxifier l’organisme : et si vous essayiez le jeûne intermittent ?

Saviez-vous qu’il se passe en moyenne 24 heures entre le moment où les aliments sont ingérés et le moment où ce qu’il en reste est éliminé sous forme de selle ? Lorsque vous mangez 3 fois par jour, votre système digestif fonctionne donc en permanence. Vos organes digestifs, sans arrêt sollicités, n’éliminent pas toujours complètement les toxines. Il est par conséquent important de leur ménager une pause.

Comment pratiquer une pause ? Par le jeûne, qui est un « arrêt total de l’alimentation, avec maintien ou non de la consommation d’eau ». Nous aborderons ici plus particulièrement le jeûne intermittent ou fasting. Son avantage est d’être simple à suivre sur une période donnée pour la majorité des personnes, sans contrainte majeure et sentiment de privation.

La pratique du jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est souvent plébiscité pour perdre du poids mais ce n’est pas son unique objectif : il aide également l’organisme à se détoxifier.

Pratiquer le jeûne intermittent, c’est ne pas manger sur une période de 16 heures. Il reste alors 8 heures sur la journée pour s’alimenter. Cela se fait facilement, en sautant par exemple le petit déjeuner ou le dîner. Aucune nourriture n’est alors ingérée, mais il est important de maintenir une bonne hydratation en buvant de l’eau. Pour le reste du temps, vous pouvez manger normalement. Bien sûr, afin de détoxifier efficacement votre organisme, évitez les sucreries, les pâtisseries, une alimentation transformée et trop grasse !

Le jeûne intermittent se pratique en « cure » sur une période donnée, par exemple pendant 3 semaines sur 1 à plusieurs jours par semaine selon vos possibilités.

Pendant cette pause alimentaire, l’organisme va se nettoyer et regénérer ses cellules : l’énergie qui était initialement consacrée à la digestion va être utilisée par d’autres fonctions métaboliques.

Ainsi, le jeûne intermittent présente de nombreux bienfaits.

Quelques bienfaits du jeûne intermittent

Outre l’élimination des déchets et le renouvellement des cellules, le jeûne intermittent permet :

  • La régulation de la faim : et oui, c’est une bonne façon pour retrouver la sensation de faim pour ceux qui l’ont perdue !
  • La diminution du risque de diabète, des risques cardio-vasculaires, du stress oxydant et de l’inflammation : pendant la pause alimentaire, l’organisme va utiliser le glucose présent dans le sang ou dans le foie.

Il va aussi puiser dans ses réserves de graisses pour récupérer de l’énergie. Par ailleurs, le jeûne provoquerait une augmentation des hormones de croissance (GH) qui ont la particularité de « brûler la graisse ».

  • L’amélioration des performances physiques : le jeûne intermittent permet de perdre de la graisse sans perdre du muscle !

Enfin, « cerise sur le gâteau » : une perte de poids durable pour ceux dont c’est l’objectif.

Alors, bon jeûne intermittent de printemps !

Muriel Bamberger Naturopathe,  formée à ISUPNAT

murielnaturopathe9351@gmail.com

Sources :

Définitions : jeûne – Dictionnaire de français Larousse

Les bienfaits du jeûne – Santé cardiovasculaire & minceur | LaNutrition.fr

Le jeûne intermittent : dossier complet – CalculerSonIMC

Partager cet article ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Consultez les prochaines dates de nos evènements

Allez plus, découvrez nos articles relatifs