La Covid-19, dernière chance pour l’humanité ?

La nature nous enverrait-elle un signe pour la reprise de son territoire ?  Se pourrait-il, que la crise sanitaire de confinement mondial que nous venons de vivre nous permette de modifier notre manière de vivre ? Allons-nous finir tous confinés à vie sur une planète devenue irrespirable pour cause virale de développement et de consommation humaine démesurées ? En constatant que l’irrationnel devient réel, les réponses semblent résider dans les questions elles-mêmes.

La Covid 19 devrait nous permettre de comprendre les règles qui gèrent les liens entre l’infiniment petit et l’infiniment grand… et d’aboutir à un constat alarmant : notre immunité et notre organisme sont en aussi mauvais état que la planète !  Et pourtant, en 370 avant JC, le médecin naturopathe grec Hippocrate affirmait qu’il fallait « soigner ses petits maux par le jeûne plutôt que de recourir aux médicaments».

La naturopathie n’a pas cessé depuis le temps de démontrer les bienfaits du jeûne sur l’organisme. N’oublions pas que 30%s de notre énergie vitale est utilisée par notre corps pour notre digestion. La mise au repos digestive permet alors à l’organisme de se consacrer à régénérer nos organes pollués, abîmés et défaillants…et à renforcer notre système immunitaire tout en contribuant au mieux être de la planète.

Une nouvelle hygiène de vie permet alors d’améliorer le terrain de la personne et de retrouver le chemin de la santé.  Pourrions nous faire un parallèle avec notre planète et mettre en place un jeûne de toute activité polluante qui serait suivie, d’une cure de détoxination et d’une nouvelle hygiène écologiste de société nécessaire ?

Ce qui permettrait certainement à la flore, à la faune sauvage, à la mer, aux forêts, à la planète entière de se revitaliser et de se régénérer. Les mesures sur la couche d’ozone et le climat mises en place immédiatement pendant le confinement partout dans le monde peuvent en témoigner. La première réponse aux thèses « Collapsologues » pourrait tout d’abord prendre force dans la simple compréhension du message envoyé par le monde sauvage : la planète, en générant ce virus, contraint notre société de consommation autophage à cette forme de jeûne, de restriction drastique de la consommation et du gaspillage.

La nature en nous envoyant ce virus, nous oblige donc à faire une pause dans l’exploitation démesurée de ses ressources. Le confinement vient valider les thèses de l’Anthropocène et radicalement infirmer les théories des climato-sceptiques en tout genre. En réduisant toutes les activités humaines au minimum vital, on vient nous-même de démontrer notre incidence globale et significative sur l’écosystème terrestre. Un autre avenir plus optimiste est donc possible…  

Suite de l’article à lire le 10 juillet dans le 

Bloc-Notes Naturopathie

“La Covid-19, agir avant de subir “

© Norbert Ferrer futur Naturopathe, en cours de formation à ISUPNAT

Partager cet article :
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur twitter
Twitter

L’inflammation : le mal du siècle !

Et si toutes les maladies dites de civilisation (pathologies cardio-vasculaires, diabète, obésité, dépression, cancer, maladies neurodégénératives, maladies auto-immunes) avaient une origine commune, l’inflammation ? C’est

Lire plus »

Le thym aux 1000 facettes

Le Thym est une plante aux mille vertus. Petite par sa taille, discrète par sa couleur et couramment utilisée en cuisine, elle est très appréciée

Lire plus »

Partager cet article ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter