Travail bureautique : se préserver de la fatigue

Les yeux qui picotent, tiraillent, rougissent, les maux de tête, les douleurs musculaires (nuque, dos), etc. sont des désagréments que vous connaissez peut-être si vous travaillez devant un ordinateur toute la journée.

Si la réglementation du travail informatisé ne fixe pas de durée minimale de temps de pause, il est toutefois préconisé de vous accorder 5 minutes toutes les 45 minutes pour un travail de saisie de données, ou 15 minutes toutes les 2 heures pour un travail de dialogue (consultation, conception). Ces pauses ont pour but de reposer les mécanismes d’accommodation et de convergence des yeux, ainsi que les muscles sollicités par votre posture. Il est donc indispensable de quitter votre poste de travail et de bouger.

Nous avons tendance à fixer du regard les écrans. Il sera donc primordial de regarder régulièrement au loin, et de penser à respirer, ciller et bailler. Ces deux dernières actions lubrifient les yeux et évitent la sensation de sécheresse oculaire.

Qu'est-ce qu'un bon environnement de travail ?

  • L’éclairage doit être adapté pour votre confort visuel (lumière diffuse)
  • Votre siège doit être ajusté de manière à ce que les genoux, bassin et coudes respectent un angle de 90° :
  • Pieds à plat sur le sol
  • 5 cm entre le bord de l’assise et les genoux pour ne pas gêner le retour veineux
  • Accoudoirs à la hauteur du bureau. Les coudes et avant-bras ne doivent pas pendre dans le vide permettant la détente des épaules
  • Cou en position neutre
  • Dos droit ou légèrement incliné vers l’arrière sur le dossier
  • Le bord supérieur de l’écran sera légèrement en dessous de la ligne du regard.

L’écran sera positionné à une distance équivalente à la longueur de votre bras, et incliné à 20° vers l’arrière pour une meilleure efficacité visuelle

  • Le clavier et la souris doivent se trouver sur le bureau face à vous, à hauteur des mains

Les mêmes règles s’appliquent pour le travail sur un ordinateur portable. Il conviendra d’utiliser en plus un support pour le réhausser ainsi qu’un clavier et une souris supplémentaires.

Le travail informatisé n’est pas physiologique. Il est donc nécessaire et indispensable de l’adapter à nos besoins afin de préserver notre corps de la fatigue et des douleurs qu’il peut engendrer. L’amélioration de ces contraintes physiques se soustrairont au stress du travail en lui-même.

Catherine Manikham, Naturopathe certifiée ISUPNAT

cath.manikham@gmail.com

Tél. : 07 69 74 28 88

Partager cet article ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Consultez les prochaines dates de nos evènements

Allez plus, découvrez nos articles relatifs