Rhume des foins : occupez-vous de votre microbiote !

Nez bouché, yeux qui piquent, éternuements : la rhinite allergique est de retour avec le printemps ! Entre pollens et pollution, de plus en plus de Français voient leur qualité de vie se dégrader lorsque les beaux jours arrivent, avec des conséquences telles que le manque de sommeil, la baisse de la concentration au travail, une gêne constante. Pas très grave en général, mais vraiment handicapant …

L’allergie aux pollens, herbacées et graminées est une réaction anormale du système immunitaire. Celui-ci devrait considérer ces substances comme inoffensives. Or, il les traite comme des ennemis à combattre, déclenchant une cascade inflammatoire.                                                                      

Au moment de la crise, il faut bien sûr soulager les symptômes. Mais pour éviter de revivre chaque année ce rhume des foins, il faut surtout renforcer l’immunité. Car si les symptômes apparaissent seulement au printemps, l’allergie est présente tout au long de l’année. Dans ce domaine, la recherche médicale est venue confirmer ce que le naturopathe avançait. Des déséquilibres du microbiote intestinal (dysbioses) ont été mis en cause dans le développement de ces allergies. Au point que des traitements à base d’une combinaison de probiotiques, mis au point par des chercheurs de l’Université de Floride, ont pu montrer leur efficacité pour calmer les symptômes des allergies saisonnières (American Journal of Clinical Nutrition).

En prévention, tout au long de l’année, il est nécessaire d’adopter une bonne hygiène de vie. En particulier, il faut veiller à chouchouter son microbiote via une alimentation faisant le plein de probiotiques : pensez donc à mettre régulièrement dans votre assiette du soja fermenté (sous forme de miso ou de tempeh par exemple), de la choucroute, des cornichons, des produits à base de lait fermenté, et à boire du kéfir. Et pour nourrir votre flore intestinale, pensez à manger des fruits et légumes pour leur apport en fibres. Vous pouvez ajouter à cela un apport régulier de crudités pour la vitamine C, antihistaminique, et de thé vert ou des oignons pour leur quercétine anti-inflammatoire.

Vivement l’année prochaine pour passer un printemps sans rhinite !

Lucile Chevallard, naturopathe formée à ISUPNAT

lucile@chevallard-naturopathe.com

Partager cet article ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Consultez les prochaines dates de nos evènements

Allez plus, découvrez nos articles relatifs