Mangez du zinc !

Le zinc ! Qui n’en a pas entendu parler ces dernières semaines en lien avec l’épidémie de Covid 19 ? Les médecins l’ont beaucoup prescrit en complément de l’hydroxy-chloroquine, avec succès selon leurs dires. Mais que fait précisément le zinc ? 

Le zinc est, après le fer, l’oligoélément le plus abondant dans l’organisme (2 à 4 g).  Il est nécessaire à de multiples réactions biologiques (croissance, synthèse de l‘insuline, etc.). Mais c’est pour son rôle dans l’immunité que le zinc est aujourd’hui si conseillé. En effet le zinc améliore la réponse immunitaire (via l’activation des lymphocytes T), et inhibe la réplication virale, ce qui évite la multiplication du virus dans l’organisme.

Or il est assez courant aujourd’hui d’être en déficit de zinc. D’un côté, l’appauvrissement des sols a conduit à une baisse de la teneur en nutriments (dont le zinc) des aliments. D’un autre côté, de nombreuses situations de la vie augmentent les besoins en zinc : le sport intense, la grossesse, la consommation de tabac, alcool, café, thé, le stress, la sollicitation du système immunitaire. Ainsi d’un besoin variant entre 8 mg et 11 mg par jour (selon le sexe, l’âge ou l’état), les besoins peuvent monter jusqu’à 90 mg par jour en cas d’attaque virale.

Comment connaître votre statut en zinc ? Si vous avez des problèmes de peau, des cheveux ou des ongles striés, des infections à répétition, une difficulté à cicatriser, une perte de goût ou de l’odorat (cela ne vous rappelle rien ?), une perturbation du métabolisme de l’insuline avec notamment une prise de poids ou une insulino-résistance, vous êtes sans doute en manque de zinc !

Notre organisme ne disposant pas de réserve notable de cet oligo-élément, un apport alimentaire régulier est nécessaire. Il y a beaucoup de zinc dans la viande rouge, le poulet ainsi que dans les légumineuses, les oléagineux (graines de courge, noix, noix du Brésil, noisettes…). Mais le champion est l’huitre, avec 21mg de zinc aux 100 grammes. Alors si vous aimez les huitres, voilà un bon prétexte pour en manger très souvent en cette période propice : vous vous protégerez en même temps contre certains maux de l’hiver. Cela démontre, une fois de plus, que l’alimentation est au cœur de la prévention !

Lucile Chevallard, Naturopathe formée à ISUPNAT

lucile.chevallard@gmail.com

 

Le BA-BA pour bien respirer

Apprenons des nourrissons et de leur respiration ventrale. En pratiquant la respiration abdominale, l’amplitude respiratoire augmente de 70% d’air contre 30% en respiration thoracique. Cette

Lire la suite »

Respirez la vie à pleins poumons

Action innée et instantanée dès la naissance. Du latin respirare : Amener l’air dans les poumons, assimiler l’oxygène (O2) et rejeter du gaz carbonique (CO2). Commençons par

Lire la suite »

Partager cet article ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter