La vitamine D, la vitamine de l’hiver

La vitamine D est produite par notre corps, grâce à l’action des uv sur notre peau, qui agit sur le cholestérol présent dans notre sang. Cela produit le cholécalciférol, qui, une fois passé par notre foie et nos reins, devient le calcitriol, la forme active de la vitamine D. Elle est stockée dans la graisse et le foie principalement, et remise en circulation en tant que de besoin.

On trouve également de la vitamine D dans l’alimentation, mais à des degrés bien moindres. Comme c’est une vitamine liposoluble (qui se dissout dans les graisses), on en trouve surtout dans les poissons gras (harengs, maquereaux, sardines par exemple).

Historiquement, on associe étroitement la vitamine D avec le rachitisme (maladie de la croissance et de l’ossification observée chez le nourrisson et le jeune enfant). En effet, une des causes du rachitisme est la déficience en vitamine D.

La fonction principale de la vitamine D est d’augmenter les concentrations de calcium et de phosphore dans le sang en facilitant leur absorption par l’intestin et en diminuant leur élimination par les reins. Elle permet ainsi d’assurer une minéralisation optimale des tissus minéralisés, notamment les os, les cartilages et les dents ; une contraction musculaire efficace ; une bonne transmission nerveuse et une coagulation adéquate.

La vitamine D intervient également dans l’immunité, en modulant l’activité des cellules du système immunitaire.

Les besoins journaliers sont évalués aujourd’hui à 15 µg (soit 600 UI – unités internationales) par jour pour les hommes et les femmes adultes. Les besoins évoluent au fil de la vie, notamment à la ménopause ou lors de l’allaitement, ou pour les personnes suivant des régimes spécifiques, comme les végétariens. Cependant, il est à noter que la majeure partie de la population est déficiente en vitamine D.

L’hiver, difficile de s’exposer, sous nos latitudes, c’est pourquoi il est conseillé de se supplémenter, de novembre à mars. La source la plus proche de la vitamine D produite par notre organisme, donc la plus assimilable, est la lanoline, qu’on privilégiera sous forme huileuse, et en prise quotidienne. Afin d’évaluer vos besoins, vous pouvez faire un dosage sanguin et demander conseil à votre naturopathe.

Et l’été, vous pourrez vous exposer : On considère qu’une vingtaine de minutes par jour au soleil, sans protection, sont nécessaires. Mais il faut déjà profiter de l’automne !!!

Odile Baye, Naturopathe formée à ISUPNAT

odile.naturopathe@gmail.com

odile-baye-naturopathe.fr/

Mangez du zinc !

Le zinc ! Qui n’en a pas entendu parler ces dernières semaines en lien avec l’épidémie de Covid 19 ? Les médecins l’ont beaucoup prescrit en complément de

Lire la suite »

Partager cet article ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter