La Naturopathie, c’est du sérieux !

La naturopathie, qui est la 3ème médecine traditionnelle selon l’OMS, après la médecine chinoise et l’Ayurveda, a planté ses racines dans le même terreau que la médecine d’Hippocrate.

Son savoir empirique est renforcé aujourd’hui par les connaissances de la science en général et de la biologie en particulier.

C’est une médecine préventive qui s’impose une compréhension affutée du fonctionnement du corps humain tant au niveau anatomique, physiologique que mental et émotionnel.

On ne joue pas avec la santé des gens !

Le naturopathe ne doit pas outrepasser ses compétences. Nous on fait de la prévention et de l’accompagnement. Le traitement des pathologies est du ressort du médecin allopathe. Mais le praticien naturopathe doit être capable de comprendre la pathologie, son fonctionnement afin d’aller en chercher les causes pour les traiter. Son « dada » ce n’est donc pas les symptômes mais les causes.

La naturopathie est un métier exigent et l’on ne s’improvise pas naturopathe.

« Devenez naturopathe pour 87 € » !!! Ce n’est pas la première fois que je vois des publicités pour des formations de naturopathie en ligne avec certificat à la clef. Comment peut-on imaginer devenir praticien en médecine traditionnelle, s’occuper de la santé des gens avec une telle formation ? Comment peut-on prétendre être naturopathe avec ce genre de certificat bidon ?

Pour moi, ce type « d’enseignement » est une insulte à la pratique !

Imaginez la même chose pour la médecine ou l’ostéopathie : « Devenez médecin en un an » – « Apprenez l’ostéopathie depuis votre canapé ».

Les études de naturopathie doivent être suivies en présentiel, dans une école sérieuse qui transmet un savoir et des connaissances solides.

L’importance de la reconnaissance officielle

L’un des principaux problèmes de la naturopathie dans notre pays est sans doute qu’elle n’est pas encore reconnue.

Les organismes comme la FENA (Fédération Française de Naturopathie), l’OMNES (Organisation de la Médecine Naturelle et de l’Éducation Sanitaire), la FENAVI (Fédération Européenne de Naturopathie Vitaliste) ou la SPN (Syndicat des Professionnels de la Naturopathie) travaillent d’arrache pied pour sa reconnaissance et sa réglementation.

Cette légitimation au yeux de l’État donnerait lieu à l’harmonisation de la formation et à la professionnalisation, offrant ainsi un véritable statut au naturopathe et plus de confiance pour le patient.

Aujourd’hui, en l’absence de réglementation pour la naturopathie en France, des solutions sont mises en place par les professionnels afin de donner un encadrement rigoureux. Par exemple la FENA s’assure que les étudiants des 8 écoles agréées disposent d’une formation solide et sérieuse pour être parfaitement formés à la réalité de leurs futures exigences professionnelles.

Les écoles de naturopathie et les différentes organisations de regroupement (fédérations, associations de thérapeutes, etc.) ont parfois leur propre définition et positionnement de la naturopathie au sein des diverses obédiences thérapeutiques.

Mais pour autant la naturopathie fait l’objet, de la part des organismes officiels, de tentatives de définitions et de cadrage plus ou moins pertinents. Comme par exemple dans l’article L 4161-1 du Code de la Santé publique, ” la naturopathie n’est pas un acte médical, car aucun diagnostic ni traitement de maladies n’est réalisé “.

Dans un communiqué rendu public le 7 décembre 2010, l’OMS indique que la classification de la médecine traditionnelle doit déboucher « sur la mise en place d´une base de données permettant d´organiser les pratiques de cette médecine, en répertoriant les terminologies et en proposant une classification des diagnostics et des méthodes d´interventions »

Vers la reconnaissance

En avril 2017, le titre de « Conseiller ou Conseillère en Naturopathie » a été enregistré au Répertoire National de Certifications Professionnelles (RNCP) suite à la présentation d’une demande par le CFPPA de Hyères-les-Palmiers (83), organisme public du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Le travail qui a été accompli sous la direction du Dr Philippe STEFANINI et de Kamel KISSAR a permis la reconnaissance du métier de naturopathe par le  Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle.

Au mois de mars 2019, s’est déroulé à Montpellier le Congrès ICEPS. Durant 3 jours, on y a parlé de médecine intégrative qui a été présentée comme la médecine du futur. Cette médecine personnalisée et individualisée se veut résolument humaniste et soucieuse de prendre en compte la complexité de l’action de soin.

Le terme Interventions Non Médicamenteuses (INM) est alors employé pour définir l’ensemble des approches non pharmacologiques fondées sur la science ayant un impact sur la santé humaine un ensemble via des mécanismes physiologiques et/ou psychologiques. Ces interventions couvrent un large éventail de pratiques issues de la médecine conventionnelle (kinésithérapie, activité physique) et de la médecine complémentaire (naturopathie, ostéopathie, médecine chinoise, etc…).

Ce congrès a soulevé la problématique de la reconnaissance de ces interventions et la difficulté d’en dresser une liste exhaustive. Il a également souligné l’urgence de légiférer et de réglementer leur exercice en lançant l’appel de Montpellier du 28 mars 2019 et en relayant l’engagement de Berlin de 2107 pour la promotion de la médecine intégrative.

Les INM, comme la naturopathie, ne doivent plus seulement être « tolérées » ou aux mieux « inclues » dans la médecine conventionnelle. L’heure est venue de les intégrer dans le parcours de santé des patients. Dans cette perspective, cette médecine doit développer ses propres critères de jugement et choisir des critères centrés sur le patient et non exclusivement sur la maladie.

En conclusion

Une reconnaissance officielle, permettrait une harmonisation de la profession, la garantie de praticiens bien formés et sérieux et éviterait de trouver ce genre de formations bidon à 2 balles.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès des organismes suivant pour connaître les écoles qui forment des praticiens de santé naturopathes hautement compétents.

FENA, OMNES, F.E.NA.VI, ICNM, UEN, APNF, SPN

Noémie Vega Naturopathe formée a ISUPNAT – Janvier 2020

https://www.naturoquoi.com

 

Partager cet article ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter